Votre navigateur ne supporte pas JavaScript et vous n'avez pas accès à toutes les fonctionnalités du site.
Veuillez vérifier que JavaScript est bien activé sur votre navigateur.

Un jour de tournoi

Comment résumé une journée en un article... Comment résumé un article qui résume une journée...
En résumé, lisez cet article et vous saurez...

Dimanche 12 juin – Réveil 6h

Pourquoi se lever à 6h un dimanche matin ? Pourquoi aimer se faire mal au point de ne pas rester chez soi à glander un dimanche ? Pourquoi certain se pose encore la question du pourquoi je fais ce que je fais ?

Je pense que les mots qui vont suivre vont faire couler quelques larmes sur des joues, rougir quelques yeux… Les miens dans un premier temps au fur et à mesure que j’écris tout cela.

Le basket n’est pas toute ma vie mais le basket fait partie de ma vie. Le basket pour moi c’est un peu comme la vie. On y retrouve des gens avec qui on doit passer du temps. L’essentiel est d’arriver à prendre du plaisir, partager des choses avec des personnes qu’on aime. Ce groupe est constitué de personnes formidables avec qui on vit des choses formidables. Ce tournoi n’était pour moi qu’un prétexte pour que ce groupe formidable passe encore un peu de temps ensemble. Pour que ce groupe partage encore un bout de vie ensemble parce que oui cette équipe va bientôt se séparer, va bientôt se quitter, va bientôt me quitter. Mais je n’y peux rien c’est l’âge qui veut ça.

C’est un peu cette réflexion qui a muri au fil de l’année, et qui m’a fait dire un jour : on arrête. Je ne peux pas continuer après un groupe comme celui-ci. Je ne peux pas me réimpliquer avec un nouveau groupe, ça ne sera jamais la même chose…

Bien sûr que non ce ne sera pas la même chose, ça sera différent, mais libre à nous de faire de la future équipe un groupe exceptionnel aussi. Et je sais que l’on peut y arriver avec celles qui resteront et qui ont participé à faire de ce groupe ce qu’il est, avec celles qui arrivent et qui semblent déjà s’intégrer et avec celles qui reviendront nous voir de temps en temps. Parce que j’en suis sûr maintenant, vous reviendrez nous voir de temps en temps… comme d’autre le font, et parce que si je pensais le contraire je ne serais pas à ma place.

Que vous soyez à Vannes, Tours, Orléans, Paris, Saint Quentin, Lille, Vendôme, Toulouse, Marseille, Lyon ou Toulon, ou n’importe où ailleurs, on se reverra. Plus tous les 2 jours, plus toutes les semaines, mais on se reverra, c’est obligé.

Mais parlons un peu de ce dimanche…

Un dimanche qui commence à 6h du matin est soit un dimanche pourri, soit un dimanche génial. Et j’avoue qu’à 7h23, j’ai eu un moment de doute…. Le seul moment de doute de la journée d’ailleurs quand sur la Nationale à 110 km/h le capteur de pression de pneu est passé de 2.8 à 1.8 lentement puis affiche CREVAISON !!! Là, oui j’ai douté que cette journée soit totalement réussie, voir qu’elle soit simplement belle. Mais le doute n’a duré qu’environ 5 minutes, le temps de voir que tout le monde était prêt à aider, à trouver des solutions. On est allé chercher notre capitaine à ma place, on a pris une voiture 7 places à la place d’une 5, on a proposé de réparer ma roue (et ça marche) et on a sorti une 4ème voiture, un 4ème chauffeur juste comme ça, parce que ce groupe est comme ça : Un souci = une solution. Galette en place, tout le monde est là, on part avec un peu de retard mais le planning l’avait prévu (pas ce retard, mais du retard), on ne sera pas en retard au tournoi, on pourra profiter de cette journée, rien ne pourra aller contre ça.

9h25 arrivée sur place, les filles vont se changer, on fait l’engagement et tout va pouvoir commencer : le tournoi avec ses propres règles. Du basket mais en accéléré : une faute = un point, 10 minutes de match sans arrêt du temps, changement à la volée, match nul autorisé…

Le premier match arrive, dur début de compétition avec des corps endormis, des esprits pas tout à fait dans le match, un coaching pas forcément adapté à ce format rapide, mais au bout des 10 minutes la victoire est là, les sourires sont presque sur tous les visages (c’est là que je comprends que mes choix n’ont pas tous été bons). Mais on va essayer de faire mieux pour la suite, 10 minutes pour se remettre les idées en place. On passe au deuxième match, on passe à la suite, on oublie et on apprend. Match rapide et de mémoire plutôt simple à vivre même s’il n’est pas si facile à jouer. La matinée commence donc sur 2 victoires en 2 matchs : 1ère place en construction.

Repos des guerrières, massages des muscles, Uno, compotes, gâteaux, bonbons. C’est ça l’ambiance d’un tournoi. Le jeu, les copines et surtout le bon temps ! A oui j’oubliais : de la tyrolienne, du tourniquet… Oui oui ça aussi !!!

La suite du tournoi : encore 2 matchs à jouer le matin et une qualification en demie à aller chercher et de préférence à la première place pour jouer un peu plus tard et pouvoir profiter du déjeuner tranquillement. Et c’est chose faite contre une belle équipe de U15. Difficile à jouer ces 10 minutes mais encore une fois ce matin et comme souvent dans la saison ce sont les shoots extérieurs qui nous remettent dans le match.

Le quatrième match n’est qu’une formalité dans le jeu mais aucune fille ne se relâche, rien n’est laissé de côté, on joue pour se faire plaisir, on respecte l’adversaire. On passe à 4 quand 1 adversaire se blesse (désolé Lola que ce soit tombé sur toi).

La matinée s’achève avec ce sentiment du devoir accompli par 4 belles victoires, la première place est là, il est l’heure d’aller nourrir les corps, détendre les esprits et profiter d’un moment ensemble.

Merci à Marion la supportrice dévouée qui a permis aux filles de se concentrer sur le jeu et de pouvoir se reposer (un peu) entre nos matchs. Ça fait plaisir de t’avoir parmi nous, ça fait plaisir de te voir arbitrer. J’espère que tu as pris autant de plaisir que celles qui ont joué.

Fin du repas et c’est déjà l’heure de la demie. Des U15 régions face à nous. Une belle équipe qu’on a vu évoluer le matin et qu’il ne faut surtout pas prendre à la légère. Le match est court mais intense, on est en difficulté à -7 à 3 minutes de la fin. Les filles ne lâchent rien, il faut en vouloir pour revenir à -3 en 2 minutes 30. Les filles vous ne lâchez plus rien dans les matchs !!! Quelque soit la tournure du match, je sais maintenant que vous ne lâcherez plus rien, quelque soit la situation, je crois que j’ai fait mon taf, et que vous savez qu’il y a une solution à tout. Et ça vaut au basket comme dans la vie. Il y a une solution, parlez-en, échangez.

Et pourtant, à la fin de la demie, il y a une défaite. La seule de la journée, le meilleur moment pour qu’elle arrive car derrière il y a encore un match. Même si cette défaite ne fait pas plaisir : là aussi ça se voit sur votre visage !!! sur vos têtes basses, sur l’absence de sourire. Cette défaite ne termine pas la journée, il y a encore un match à jouer pour la 3ème place. Bizarrement, pour celui-ci, je suis détendu, comme depuis le début de cette journée, je me laisse porter par ce que vous faites. Cette fois on joue en 2 fois 10 minutes, un peu plus de temps pour mettre en place le jeu, pour écarter le jeu pour préparer la suite. Car oui ce dernier match est quand même plus pris au sérieux, plus tourné vers la semaine prochaine. On travaille un peu plus sur la durée, mais on veut surtout finir 3ème et finir la journée sur une victoire pour que les souvenirs soient encore meilleurs.

La victoire est là, magnifique, les filles sont heureuses et là, ça se voit. Quel plaisir de vous voir vous prendre dans vos bras. Le sourire du travail bien fait est là, les sourires dans les tribunes des filles qui nous soutiennent mais la fatigue est là aussi.

Pourtant le coach, un peu (beaucoup) chiant celui-là, a encore un truc à dire… Ben ouais le travail est accompli mais les consignes du dernier temps mort… n’ont pas été appliqués. Les petits détails compteront la semaine prochaine mais FELICITATION à vous pour l’ensemble de cette journée. Merci au 4 supporters dans les tribunes qu’on a entendus tout le long de ces 6 matchs !!! Merci de prendre du temps pour nous supporter et merci de nous supporter dans nos délires !!! Pour moi cette journée n’a été que plaisir.

Il est temps d’aller à la douche !!!! Et bientôt se sera le moment des récompenses. Belle petite coupe, belles médailles, la première de certaines. Juste ce qu’il faut pour conclure ce tournoi !

Il est temps de rentrer un peu en avance mais le repos est demandé. On verra que le repos sera présent pour certaines dans les voitures. Mais finalement, ce groupe n’en a pas assez de cette journée ensemble… On décide de faire durer le plaisir, et quoi de mieux que d’aller encourager Cécile pour la fin de son match : Cécile, tu nous as montré toi aussi qu’on ne lâche rien. Tu vas y arriver, pas ce dimanche peut-être, mais tu vas y arriver, j’en suis sûr !!! Merci pour les émotions que tu nous as fait vivre, on en avait pas encore assez 😊.

Merci à tous et à toutes d’avoir fait de cette journée que je voulais qu’elle soit, basée sur le plaisir un réel plaisir, merci encore une fois d’avoir fait de cette saison une saison magnifique, et merci d’avoir fait passer la saison suivante d’impossible à fort probable.

On m’a demandé un jour ce que ça m’apportait de coacher et je n’ai pas su quoi répondre sur le moment. Je ne sais toujours pas réellement quoi répondre, parce que je ne sais pas trop ce que je vous apporte. Tout ce que j’essaye de vous amener c’est le plaisir, l’envie et la volonté de vivre de belles choses ensemble, de vous faire comprendre que vous pouvez faire ce que vous voulez, et de vous faire comprendre qu’ensemble tout est possible. Lorsque je vous vois sourire en arrivant à un entrainement, sourire à la fin d’un match, être heureuse d’être ensemble, essayer de trouver autre chose à faire pour prolonger les moments ensemble… Moi je suis comblé. Je ne vous apporte peut-être pas grand-chose au niveau basket, mais j’ai l’impression de vous avoir apporté un peu de tous ces sourires, pas mal de toutes ces douleurs aussi, mais les douleurs, c’est dans la tête 😊.

Il reste un match à jouer, un challenge à relever mais j’ai une telle confiance en vous que je suis sûr qu’on va y arriver. On va ramener la coupe à la maison. On va finir la saison à la Halle Jean Cochet et on va y aller pour prendre du plaisir avant tout, parce que tout part de la (et un peu de la défense aussi…) !!! Sourire et faire sourire quoi de mieux.

En savoir plus sur l'auteur

FARRET Stephane

Bureau (Membre du bureau)